Irlande,  Road-Trip,  Voyages

Sur la route du Ring of Kerry

Après avoir parcouru la péninsule de Dingle la veille, aujourd’hui nous nous attaquons au Ring of Kerry !

Ce matin commence… sous le brouillard, de mauvais augure pour notre programme du jour : le Ring of Kerry. Mais soyons positif, le temps est changeant en Irlande… (on se rassure comme on peut).

Nous partons de Dingle et on ne voit pas à 50m… la route est bien monotone. Nous longeons tout de même la côte Sud de la péninsule en passant par la petite ville de Inch, célèbre pour ses grandes plages de sables fins et ses surfeurs que l’on aperçoit au loin… sous l’épais brouillard.

Kerry, on arrive !

Arrivant à Killorglin et compte tenu de la météo défavorable à la découverte du Kerry, nous avons la bonne idée de prendre un peu de hauteur et de traverser la péninsule du Nord au Sud en passant par l’intérieur des terres pour essayer de se débarrasser du brouillard qui insiste.
Généralement, les circuits touristique du Kerry ne font que le tour de la péninsule, résultat nous sommes tous seuls sur cette route aux paysages ressemblant étrangement aux Highlands écossais.

Nous longeons un joli lac nommé Lough Acoose, direction Glencar. Absolument personne sur cette route et on commence enfin à y voir un petit peu, c’est encourageant.
Le soleil perce les nuages tel un projecteur sur les « hauteurs » du Kerry avec une lumière très contrastée spectaculaire.

Deux options s’offrent à nous à Glencar, la première nous fait passer par la Ballaghisheen Pass, un col qui permet de rejoindre le bout du Ring of Kerry ou passer par Ballaghbeama Gap, un passage entre les montagnes pour se diriger vers le Sud de la péninsule.
Et comme nous sommes très curieux, on décide d’aller voir ce qu’il se passe à la Pass puis de revenir et passer par le Gap. Un petit demi-tour d’une dizaine de kilomètres, mais ça vaut réellement le coup.

Ballaghisheen Pass

Une toute petite route, toute droite nous emmène au bout de monde. Le paysage est sublime avec ce brouillard à perte de vue.
La seule rencontre ? Un berger venu voir ses moutons. Un moment hors du temps et loin de tout. Aucune référence sur les guides mais ça vaut réellement le détour (plutôt l’aller-retour pour nous). Loin de l’aspect hyper touristique du Kerry cité dans les guides.

Ballaghbeama Gap

Et direction le Ballaghbeama Gap, sur une route en lacets. Mais encore une fois, seuls. Endroit vraiment très impressionnant avec cette route qui longe les montagnes, on se sent tout petit.
N’hésitez pas à grimper sur le côté de la route pour observer cette route qui semble se faufiler entre la montagne, impressionnant.
Arrivant au Gap, proprement dit, une jolie vue vue s’offre à vous et on devine toute la route que nous allons devoir descendre.

Les moutons nous attendent…
… ou plutôt nous surveillent.

Deux points d’intérêts méconnus du Kerry dans les terres, et pourtant bien moins touristiques que sur le Ring en lui même.
Nous poursuivons la route jusqu’à Sneem pour débuter notre boucle du jour.
Mais, malgré l’espoir d’un temps correct en arrivant sur la côte, le brouillard est toujours bien là… et ça ne fera qu’empirer sur notre route.

Ring of Kerry

C’est ici que nous récupérons le fameux Ring of Kerry qui fait le tour de la péninsule sur 180km. On nous promet de grandes plages, des vues spectaculaires, une route sublime, à tous points de vue….

Sneem, Castlecove, Caherdaniel, Waterville… une route banale pour nous mais pour la première fois, nous croisons des bus (pleins de bus !).
Nous essayons de déjeuner à Waterville mais tous les restaurants nous refusent car déjà réservés par des hordes de bus touristiques…
C’est dire l’afflux touristique de l’anneau, alors que nous n’étions qu’au mois de mai.

Est-ce dû au brouillard ? Certainement, mais nous trouvons cette route touristique, sur-vendue par les guides, assez décevante et longue. Peut être faut-il y rester 2 jours pour espérer une journée de beau temps et profiter des lieux ? Certainement.

Sous le brouillard, rien à voir

Et les seuls endroits avec un point de vue, malheureusement, nous n’en profiterons pas, quand on ne voit pas à 10 mètres, forcément, ça complique les choses.

Nous nous échappons par St Finan’s Bay, au plus près des Skellig Island, pour apercevoir les fameuses îles, mais en vain, le brouillard est vraiment trop présent.
C’est sur ces îles spectaculaires qu’ont été tournés les derniers Star Wars, mais elle sont difficiles d’accès, la mer est souvent agitée par ici.

Une chose nous a paru vraiment spectaculaire en sortant de cette baie et juste avant d’arriver à Portmagee.
Une route qui monte, extrêmement raide, sur plusieurs kilomètres qui nous amènent aux Kerry Cliffs, les falaises les plus hautes du Kerry et à un point de vue qui doit être extraordinaire, par temps clair. La vue sur les Skellig Island doit être magique. Mais pas aujourd’hui, c’est toujours rageant d’être à un endroit précis et de ne pas en profiter.

Portmagee

Nous arrivons à Portmagee, et décidons de nous arrêter déjeuner au Mooring Bridge Bar qui a accueilli l’équipe du film pendant le tournage…impossible de ne pas s’en apercevoir.
De bons burgers, de la bonne Guinness et une déco très Star Wars avec notamment des photos de Mark Hamill un peu partout, étape réconfortante pour oublier le brouillard. Et même un petit challenge Star Wars qui consiste à boire une pinte d’une traite, défi apparemment réussi par Luke Skywalker. On s’abtiendra, nous faisons un road-trip quand même.

Portmagee, c’est une petite ville tout en longueur, aux maisons colorées, et c’est aussi le point de départ des navettes pour les Skellig Island.
Et juste en face se trouve la presqu’île de Valentia Island avec un point de vue sur les Skellig. Une dernière chance les voir… en vain.

Nous reprenons la route touristique du Ring en direction de Cahersiveen, légèrement dépités de notre Ring of Kerry, on feuillette le Routard, qui nous suggère une étape sympa, Ballycarberry et son château en ruine.
Accès gratuit et évidemment, on ne peut s’empêcher de s’y arrêter, et de l’escalader un peu 🙂

Nous finissons péniblement notre tour du Ring of Kerry, déçus de ne pas en avoir pleinement profiter mais, nous avons été trop optimistes en réalisant notre road-trip à vouloir le boucler en une journée. Avec le recul, 2 jours/1 nuit sont nécessaires pour découvrir ce coin d’Irlande, 3 jours si vous pouvez faire les Skellig Island.
Le site reste néanmoins météo-dépendant et si le temps n’est pas avec vous, comme nous, vous risquez d’être déçus.

Gap of Dunloe

Attirés par la réputation du Gap of Dunloe, on compte sur cet endroit très connu pour bien terminer notre journée qui, avouons-le, pour le moment est en demi-teinte.
Il faut se garer juste au niveau du parking à l’entrée et marcher environ 1,5km jusqu’au petit pont, à pied …. ou en calèche selon vos envies.

Malgré le temps (encore et toujours) nuageux, la lumière de fin d’après-midi est sublime, parfaite pour de belles photos. La balade est vraiment agréable même si on imaginait plus un chemin qu’une route pour s’y rendre.
Faut bien avouer que cet endroit est magnifique ! Jugez-en par vous même.

Killarney

On termine cette (trop?) grosse journée par Killarney, où on pose nos valises pour la nuit, dans un B&B sans grand intérêt (on taira la nom)
Balade dans la centre de Killarney qui se révèle assez touristique avec une grande rue principale alternant entre boutiques pour touristes et pubs.
Malgré tout, vous y trouverez tout pour passer une bonne soirée à l’irlandaise avec ses nombreux pubs.
A noter un magasin immense avec uniquement des pulls en laine de moutons, très réputé dans la région… et assez onéreux !

Et le soleil se montre… au coucher.
On file jeter un œil aux Heights of Aghadoe dans les hauteurs de Killarney et sa vue sublime sur le Lough Leane et son parc national que nous ferons le lendemain.

Peut être que vous nous avez trouvé dur sur notre récit d’aujourd’hui, notamment sur le Ring Of Kerry, mais cela reflète notre ressenti de la journée ; alors, oui, c’est certainement dû à la météo, ou à la sur-estimation kilométrique du jour.
Cependant, nous n’allons pas remettre en cause les récits dans les guides mettant en avant tel ou tel site. S’ils y sont présents, c’est bien qu’il y a une raison mais nous mettons juste en garde que l’élément météo est très important et qu’il peut modifier la perception des choses.
Facteur quasi imprévisible donc mieux vaut être prudent en traçant un itinéraire, peut être en assurant une nuit de plus sur place ou alors trouver un plan B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *